10 mai 2023 1481 mots, 6 min. de lecture

4 facteurs pour augmenter le taux de participation à un sondage

Par Pierre-Nicolas Schwab Docteur en marketing, directeur de IntoTheMinds
Comment augmenter le taux de participation à votre sondage ? Trouver des personnes pour répondre à un sondage peut être un vrai challenge. Il y a 4 types de raisons qui expliquent qu’une personne décide de participer (ou pas) à […]

Comment augmenter le taux de participation à votre sondage ? Trouver des personnes pour répondre à un sondage peut être un vrai challenge. Il y a 4 types de raisons qui expliquent qu’une personne décide de participer (ou pas) à un sondage. Si vous voulez augmenter le taux de réponse de vos sondages, prenez ces facteurs en compte et suivez nos conseils pratiques. Lisez également l’article que nous avons consacré aux différences entre répondants professionnels et non professionnels.

Contactez l’institut de sondages IntoTheMinds pour vos projets

TOP des conseils pour augmenter la participation à votre sondage

  • Offrez une compensation financière
  • Énoncez clairement le sujet de l’étude
  • Expliquez comment les réponses seront valorisées
  • Concevez un questionnaire visuellement attractif
  • Concevez un questionnaire qui puisse être administré sur mobile
  • Gardez votre questionnaire court et concis : 9 minutes ou 25 questions maximum

Sommaire

  1. Raisons intrinsèques
  2. Raisons extrinsèques
  3. Conception du sondage
  4. État affectif du répondant

4 facteurs qui permettent d'augmenter le taux de participation à un sondage


Raisons intrinsèques

Les raisons intrinsèques sont celles qui sont relatives à la personne elle-même. Ce sont donc des raisons que vous ne pouvez pas influencer. Voici 5 raisons à prendre en compte.

Intérêt pour le sujet

L’intérêt pour le sujet du sondage est déterminant dans la participation des répondants. Ceci est surtout vrai pour les répondants non professionnels. Si vous utilisez un échantillon de convenance, les réponses à votre sondage seront donc particulièrement sensibles à ce type de réponses.

Puisque le sujet est un facteur important, un des conseils pratiques les plus évidents est de bien expliquer le but de votre sondage lorsque vous le diffusez.

Plaisir de répondre à un sondage

Cela peut prêter à sourire, mais certaines personnes ressentent vraiment du plaisir à répondre à un sondage. Sans doute que le plaisir éprouvé est composite et résulte d’autres aspects (voir paragraphes ci-dessous).

Curiosité

Dans une étude datant de 1995, Porst et von Briel ont montré que 15 % des répondants non professionnels allemands ont indiqué l’intérêt et la curiosité comme leurs principales motivations pour participer.

Exprimer leur propre opinion

Evangelista et al. (1999) ont montré que 17 % des répondants professionnels australiens étaient motivés par la perspective de contribuer à un changement. Mes collègues d’IntoTheMinds ont récemment réalisé une étude pour une organisation gouvernementale sur l’impact des prix de l’énergie. Les réactions des répondants étaient exactement celles-là : ils voulaient participer pour que leur détresse soit entendue.

Altruisme

Ce facteur est souvent complètement sous-estimé mais il est réel. Certains répondants veulent vraiment aider les autres et c’est la raison principale de leur participation. C’est souvent le cas lorsque des étudiants diffusent leurs sondages sur les réseaux sociaux.


Raisons extrinsèques

Les raisons extrinsèques de participation à un sondage sont celles qui s’exercent sur le participant. Voici 3 facteurs à prendre en compte.

Compensation

Dans une méta-analyse sur les publications scientifiques consacrées aux sondages en ligne, Göritz (2006) a montré que les incitants financiers motivent les gens à commencer un sondage en ligne et à le terminer.

Messer et Dillman (2011) ont quant à eux montré dans une étude expérimentale que le taux de réponse passe de de 25,7 % à 46,3% avec une compensation de 5$.

L’incitant financier est donc un levier puissant pour augmenter le taux de participation à votre sondage. C’est du reste ce que nous mettons en œuvre dans notre panel.

Reconnaissance

La reconnaissance des autres peut être l’un des moteurs de la participation aux sondages (Dillman, 2011). Lorsque vous participez à un sondage, surtout s’il émane de quelqu’un que vous connaissez directement ou indirectement, la reconnaissance n’est pas à facteur à négliger. Nous l’avons observé de nombreuses fois lorsque nous envoyons une demande de participation à quelqu’un que nous connaissons. C’est particulièrement le cas dans les sondages B2B où la taille d’échantillon est généralement plus réduite et où des invitations peuvent être envoyées à des répondants avec lesquels vous entretenez une relation.

Obligations

Krosnick (1999) a suggéré que certaines personnes peuvent ressentir une responsabilité sociale de participer. C’est particulièrement le cas lorsqu’un sondage est relayé par quelqu’un. Pensez par exemple à une enquête de satisfaction qui serait envoyée par un directeur de département à ses collaborateurs, ou au sondage d’un étudiant relayé auprès des membres de sa famille. Cette pression sociale, personnelle ou professionnelle, est un puissant levier de participation.

 


Conception du sondage

La conception même du sondage est essentielle pour garantir un taux de participation élevé. Voici 7 facteurs à prendre en compte.

Mode de sondage

Par mode de sondage on entend la manière dont il est administré : par smartphone, sur un ordinateur de bureau, en personne. Le mode d’administration d’un sondage a tellement d’influence sur le taux de participation que nous imposons à nos clients de réaliser des sondages qui sont « mobile friendly ». La raison c’est que de nombreuses personnes profitent de leurs temps morts pour répondre au sondage : dans les transports publics, entre deux réunions, …

Prénotifications (rappels)

L’effet des rappels sur la participation aux sondages n’est pas vraiment une surprise. Si vous n’en envoyez pas, la probabilité augmente que les répondants oublient de participer. Cela a d’ailleurs été clairement démontré dans une méta-analyse (c’est-à-dire une étude d’études) par Daikeler et al. (2020). Les résultats obtenus de 97 études démontraient que la probabilité de participation augmente lorsqu’un ou des rappels sont envoyés.

Timing

Les aspects temporels sont importants dans n’importe quelle étude. Les sondages y sont particulièrement sensibles et vous pouvez jouer la réussite de votre projet uniquement sur le moment dans l’année où vous le réalisez. Nous observons en effet de forts effets de saisonnalité qui affectent la participation :

  • lors des vacances estivales (juillet / août)
  • au moment des fêtes de fin d’année

Des effets plus faibles sont observés lors des vacances scolaires mais qui ne représentent pas un vrai danger opérationnel.

Message d’invitation

Soignez votre message d’invitation car c’est le premier point de contact entre le répondant et le sondage. Il faut donc donner envie d’y répondre. Si votre message est mal rédigé, le taux de participation de votre sondage chutera.

Expliquez clairement le contexte, pourquoi vous faites ce sondage, comment les réponses seront valorisées et le cas échéant ce qu’il y a à gagner (voir paragraphe « compensation » ci-dessus).

Design

Le design de votre sondage est également important. Il faut rendre attractif votre sondage pour donner envie aux gens d’y participer. Malheureusement nous voyons encore trop de sondages réalisés sous Google qui s’apparentent à des fichiers Word interminables.

Rappelez-vous que même dans Google Form vous pouvez égayer vos sondages avec des images.

Voici quelques règles à garder en tête :

  • divisez les questions sur plusieurs pages pour que la tâche (répondre au sondage) ne semble pas insurmontable
  • identifiez clairement les différentes sections avec une police plus grande
  • n’hésitez pas à utiliser une image d’illustration pour que les différentes sections de votre questionnaire soient clairement identifiées

Longueur du questionnaire

Nous ne le répéterons jamais assez : plus votre questionnaire est court, plus le taux de participation sera élevé. Cette évidence est malheureusement souvent oubliée. Nous sommes toujours étonnés de voir des clients nous demander d’administrer des questionnaires de 30 minutes (véridique !).

En la matière, notre règle est simple : 9 minutes ou 25 questions maximum. Au-delà, votre taux d’abandon augmentera significativement. Nous vous déconseillons également de créer des sondages trop courts. Un sondage trop court (5 questions par exemple) ne permet pas de distinguer clairement les speeders, c’est-à-dire les personnes qui répondent sans réfléchir et dont le temps de réponse est inférieur à 1/3 de la médiane.

Réglementations de la vie privée

A l’ère du RGPD, le respect de la vie privée est important. Il faut donc rassurer les participants. Dans un contexte online, Keusch et al. (2019) ont montré que le consentement pour la collecte passive de données mobiles dépend des préoccupations des répondants en matière de vie privée et de sécurité. Une autre étude publiée en 2023 nuance toutefois ces résultats et montre que dans la pratique, les répondants se préoccupent peu des aspects liés à la confidentialité des données.


L’état affectif du participant

Voilà quelque chose que vous ne pouvez pas contrôler. Néanmoins les études montrent que l’état affectif influence le taux de participation à un sondage.

Avant le sondage

Stoop (2012) a suggéré que les répondants sont plus facilement recrutés pour une interview de sondage s’ils sont de bonne humeur.

Pendant le sondage

Les chercheurs ont constaté que la météo au moment de l’interview influençait les résultats du sondage (Kämpfer et Mutz, 2013 ; Schwarz et Clore, 1983).



Publié dans Recherche.

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *